Pour ses premières vocalises, Manu Richerd a eu l'honneur d'être accueilli par la Suisse.
Il a passé ensuite 15 années de sa vie avec les tziganes. C'est là que sa culture musicale s'est formée, au contact quasi-permanent d'un violoniste, d'un contrebassiste, d'un guitariste. Au contact aussi de certains pasteurs tziganes qui semèrent des paroles bibliques, paroles qui ne germèrent que bien plus tard…Jésus Prodigue
Manu a ensuite fait son chemin en tant qu'auteur, compositeur et interprète. Sa route a croisé notamment celle de Francis Cabrel, Kent, Philippe Forcioli.
Mais ses chansons noires et réalistes ne faisaient que décrire ce vide en forme de Dieu…

« J’ai passé de nombreuses années très loin de Dieu, en essayant de construire une carrière dans la chanson,  à la recherche d’une gloire et d’une reconnaissance tellement futiles, inutiles et éphémères… Je pensais être très loin de Dieu, pourtant, en regardant en arrière, je me rends compte qu’Il était là, à chaque moment de ma vie. C’est là l’illustration de cet amour parfait de Dieu : notre amour est très souvent dépendant de la réponse de l’autre, on aime si on a un minimum de chance d’être aimé de l’autre…Mais Dieu nous aime de manière inconditionnelle et je me rends compte que cet amour parfait et permanent m’a accompagné, gardé sur mes chemins loin de lui pour finalement me ramener à la Maison»

Aujourd'hui, une page est tournée, ou plutôt aujourd'hui Manu continue son voyage mais la destination n'est plus la même : Manu continue ce voyage avec le pardon, le secours et l'amour de son Eternel Ami.
C'est cet Eternel Ami qui est l'inspirateur de ses nouvelles chansons

 

       

 

Bienvenue sur le site de Manu Richerd

Français Version Française
EnglishEnglish Version